Ma famille de champions continue de s’agrandir!

J’ai eu le privilège, le week-end dernier, d’accompagner et d’assister ma fille à son premier accouchement.  Bébé Elliot est né avant-hier soir, le 19 octobre à 19h02. Il pèse 8,4 lbs et il est tout simplement le plus beau!

Ma famille de Champions

Ma famille de Champions

Pour une grand-maman, cette expérience est extrêmement belle et très pénible à la fois, je l’admets.  Voir sa propre fille souffrir et se battre pour accoucher naturellement est éprouvant et je le craignais aussi.  À ma grande surprise, je me suis retrouvée à faire une session de «coaching» la plus intense et intéressante de ma vie tout en confirmant une évidence.

Ma fille, bien préparée et entrainée physiquement, avait décidé instinctivement que l’on ferait équipe, elle, son conjoint et moi!  Nous avons donc suivi les cours prénataux tous ensembles pour parler tous la même langue lorsque le travail débuterait. C’était la partie facile, celle d’apprendre «comment»!

Naturellement, comme tout débutant, lorsque le travail s’enclencha et en voulant trop bien faire, nous fîmes une première visite à l’hôpital un peu trop tôt.

Au soulagement de ma fille Catherine, la deuxième visite un peu plus tard la même journée, fût, sans plus de doute, la bonne et on nous installa dans une belle chambre de naissance à l’unité prénatale de l’hôpital Ste-Mary’s de Montréal.

Tout naturellement dans cette situation, des membres totalement étrangers se sont joints à notre équipe.  Notamment, une infirmière très expérimentée resta aux côtés de Catherine tout le long du travail, suivi ensuite de la douce femme médecin qui fût à son chevet juste à temps pour le grand déploiement.

J’encourageai ma championne le mieux que je pouvais avec des : «t’es capable, lâche pas, Go Go Go » et le traditionnel : «Respire… Expire…Respire…».  Le papa Mathieu avait comme mission de lui donner beaucoup d’amour pour la soutenir en symbiose de couple dans ce moment et l’aider à endurer chaque douleur.  Pendant ce temps, l’infirmière nous conduisait tout doucement dans les différentes étapes du travail avec une assurance, un langage, une patience et des explications qui ne nous laissaient  aucun doute possible sur son leadership dans la situation.  Elle nous fît sentir que chaque question et inquiétude méritaient une réponse et un respect.

À un certain moment, les symptômes d’épuisement produisirent son effet : le découragement, le doute de la méthode choisie, la peur de ne pas être à la hauteur ou pire, de manquer de force, venaient cruellement gâcher le moment.

Mais encore une fois, d’une main ferme dans un gant de velours, notre super infirmière nous guida vers d’autres alternatives telles que : des positions différentes, des méthodes plus efficaces pour pousser et nous confirma avoir quelques tours dans son sac face à cette étape! Toutes les objections furent éliminées avec aplomb.

Notre équipe, si bien guidée, fut alors en complète harmonie inspirée par un but commun et ainsi, multiplia les énergies nécessaires que ma fille avait à déployer.

Pour la grande finale, chacun sans se questionner, se retrouvait avec un rôle autant très physique que moral à jouer autour de la maman et du bébé à naître.  J’en suis encore toute endolorie et courbaturée!

L’émotion fut évidemment à son comble pour tous quand nous avons aperçu la petite tête surgir!  Un moment privilégié si attendu après ce qui nous a pourtant paru comme de longues heures dans l’effort qui ne furent pourtant que de 5 heures et demie pour un si gros bébé!

En moins de deux, ma championne eût le plus beau cadeau du monde entre ses mains, son fils tant attendu et en pleine santé.

Vous imaginez que je suis pleine de gratitude et excessivement troublée face à cette force de la nature que la femme peut déployer pour mettre au monde ce petit miracle de la vie qu’est mon 3e petit-fils qui se joint ainsi à ma famille.

Je fus également impressionnée par ces personnes passionnées qui oeuvrent dans ce contexte de stress extrême et qui ouvrent avec conviction la voie devant nous!

Quand nous ressentons qu’une personne expérimentée et inspirée d’une mission claire est à nos côtés, la confiance s’établit très vite.

C’est ce que je souhaite être pour mes clients en mentorat.

Et vous?  Êtes-vous de ce type de personnes que vos clients suivraient avec confiance?

Les champions en affaires et en vente ont compris ces 3 règles pour un client:

1.    Ils ont besoin de vous connaître.

2.    Ils ont besoin de vous faire confiance. 

3.    Ils ont besoin de vous tester et mieux voir comment vous pourriez les aider.

Et là, ils vont acheter.

Je vous souhaite de prendre la route du succès cet automne et de ne jamais oublier que vous êtes d’excellentes personnes. Vous êtes intègres et motivés. Ne laissez personne croire le contraire, surtout pas vous. Bonne vente et bon SUCCÈS!

Sylvia

Vous aimez? Partagez et donnez au suivant!

Leave a Comment

Google+