Je vous partage un très beau texte de mon ami Christian:

lundi 5 août 2013

Se donner la permission.

Vous souvenez-vous de la scène finale du film Titanic ? Celle où Rose et Jack se retrouvent debout sur l’arrière du célèbre navire qui s’enfonce dans les eaux glaciales de l’Atlantique Nord ? Ils sautent à l’eau au tout dernier moment, Rose portant une veste de sauvetage, Jack n’en ayant pas. Alors que Rose remonte à la surface, Jack s’enfonce, emporté par le tourbillon créé par le géant qui coule.

Ces derniers mois, je me suis senti un peu comme Jack…

Il a, en effet, relevé le double défi que je lui avais soumis.
Se l’accorder en premier et écrire ensuite sur le sujet pour mieux en faire une recherche et une réflexion personnelle et profonde.

La dépression et l’épuisement professionnel (burnout) ne sont pas une honte.  C’est au contraire, je le sais maintenant, un cadeau du ciel.

J’ai déjà lu que c’est souvent les meilleures personnes au monde qui en souffrent.  Par exemple, ceux qui se donnent avec une grande générosité et surtout sans compter ou ceux qui sont exigeants avec eux-mêmes soient en étant de nature compétitive ou encore ceux qui se mettent la barre haute et qui… n’abandonnent jamais.

Pour avoir passé par là ces dernières années, je comprenais.
Moi, j’avais tendance à en mettre trop dans mon assiette… Vouloir tout faire, tout en même temps et tout réussir, le plus vite possible, et ce, en sautant des étapes.

J’ai appris que se donner la permission est le premier pas pour apprendre à prendre soin de soi : permission-granted

  • Se donner la permission à l’imperfection, à l’infini, à la non-réalisation.
  • Se donner la permission au deuil et le temps que cela prend pour le guérir.
  • Se donner la permission aux changements (choisis ou subits).
  • Se donner la permission à l’échec ou au moins bon succès.
  • Se donner la permission aux attentes (bonnes ou mauvaises).
  • Se donner la permission à la fatigue, à l’usure, au vieillissement.
  • Se donner la permission au découragement.
  • Se donner la permission à la tristesse, aux désarrois.
  • Se donner la permission de le vivre et d’accepter comme on peut avec la force qu’on a…
  • Se donner aussi la permission de s’amuser, de se divertir, de se changer les idées.
  • Se donner la permission de lâcher prise et profiter du moment présent.
  • Se donner la permission de prendre soi de soi.
  • Se donner la permission de se donner la permission…

Et vous?  Vous donnez-vous la permission?

Je vous souhaite de prendre la route du succès cet été et de ne jamais oublier que vous êtes d’excellents vendeurs. Vous êtes intègres et motivés. Ne laissez personne croire le contraire, surtout pas vous. Bonne prospection, bonnes fin de vacances et bon SUCCÈS!

Sylvia

One Comment

  1. 8-12-2013

    Si tu savais Sylvia à quel point cette longue conversation téléphonique du mois de mai m’a « torturé » l’esprit ! Mais Ô combien elle fut bénéfique. Je te remercie d’avoir partagé mes mots à tes lecteurs. Je ne manque jamais tes chroniques et elles m’apportent toujours un plus. Merci, merci !

Leave a Comment

Google+